jeudi 21 avril 2016

Je vais bien, ne t'en fais pas - Olivier Adam


 ☆★ ☆★ ☆★ ☆ ★ ☆★ ☆  ★ ☆★ ☆
Auteur : Olivier Adam
Editions : Pocket
Parution : 2001
Pages : 156
ISBN : 978-2-266-16852-6
Où le trouver ? : Ici
★ ☆★ ☆★ ☆★ ☆ ★ ☆★ ☆  ★ ☆★ ☆


Résumé :

Une autre lettre de Loïc. Elles sont rares. Quelques phrases griffonnées sur un papier. Il va bien. Il n'a pas pardonné. Il ne rentrera pas. Il l'aime. Rien d'autre. Rien sur son départ précipité. Deux ans déjà qu'il est parti. Peu après que Claire a obtenu son bac. A son retour de vacances, il n'était plus là. Son frère avait disparu, sans raison. Sans un mot d'explication. Claire croit du bout des lèvres à une dispute entre Loïc et son père. Demain, elle quittera son poste de caissière au supermarché et se rendra à Portbail. C'est de là-bas que la lettre a été postée. Claire dispose d'une semaine de congé pour retrouver Loïc. Lui parler. Comprendre.

Mon avis :

Ce livre de cent cinquante pages se lit d'une traite ! Le personnage principal Claire est confrontée à la disparition inexpliquée de son frère deux ans auparavant. On la découvre, à travers ses journées au shopi ou elle est caissière, ses relations avec les autres (les hommes), ses visites chez ses parents que l'on trouve étranges au premier abord (ça à été mon cas) lors desquelles elle trouve quelques fois une carte postale de son frère destinée à la rassurer et que l'on pourrait donc résumer par "Je vais bien, ne t'en fait pas". Et puis voilà, Claire est en vacances, une carte de Loïc, son frère, arrive et Claire décide de se rendre sur les lieux ou elle a été postée pour le retrouver... Et je ne divulgâcherai rien ! 
On s'attache vraiment très vite au personnage de Claire, fragile, désabusé par la vie. Et simple, pas dans le sens péjoratif du terme, plutôt dans le sens : abordable. Ses parents bien que peu réactifs selon moi nous touchent tout autant. Ce livre est bouleversant, il pousse à la réflexion quant à notre vie, la vie, en une centaine de page, c'est fabuleux. Si une chose doit cependant vous freiner ce sera probablement le style de l'auteur qui à une notion particulière de la phrase et du point de vue, mais on est pris par l'histoire si rapidement que cela est gênant les... deux premières pages ! 

Je recommande ce livre vivement, mais probablement à un lecteur aguerri qui sait se positionner avec du recul sur un écrit. (Et qui supporte de se poser des questions...!)


"Tu prend des avions, des trains ou des chemins. Des lignes de fuite. Tu prends du temps. Tu en voles. Sans rien dire à personne. Contrebandier. Sale gosse. Tu emmerdes le travail, tu encules la vie active. Tu l'as toujours dit : tu es pour la vie passive."


Appréciation :

Une belle découverte !




Adaption au cinéma : 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Free Tinkerbell Glitter Cursors at www.totallyfreecursors.com